Charles Ferdinand Gambon : " l'homme à la vache "

Couverture de La Chanson illustrée, 1870. Bnf

Jeudi 10 décembre à 18 h 30. Lecture-théâtralisée de Michel Pinglaut pour le bicentenaire de Gambon. ANNULEE

Charles Ferdinand Gambon naît à Bourges le 19 mars 1820.

Orphelin à six ans, il est élevé dans la famille de sa mère, dans la noblesse nivernaise. Après de brillantes études de droit à Paris, il est nommé juge suppléant à Cosne-sur-Loire en 1844. Il prend la tête de l’opposition républicaine à Louis-Philippe dans la ville. Il est élu député de la Nièvre en 1848 et siège à la gauche de l’Assemblée nationale, avec son ami Félix Pyat.

Condamné pour s’être opposé au Président Louis Napoléon en juin 1849, Gambon subit dix ans de détention à Belle-Île puis à Corte. Il est parmi les derniers républicains à être gracié en 1859. Il s’installe à Sury-près-Léré dans le Cher.

En 1869, il manifeste son opposition au Second Empire et son soutien aux manifestations ouvrières en refusant de payer ses impôts.

En représailles, l’administration fiscale saisit sa vache. La chanson et la presse s’emparent de l’épisode et font de Gambon « l’homme à la vache ».

Condamné à mort pour s’être engagé aux côtés des communards en 1871, il doit s’exiler en Suisse où il participe au mouvement anarchiste.

De retour en France, il redevient député de la Nièvre de 1882 à 1885 et se signale par son engagement pacifiste. Il décède en 1887.

 

La représentation est annulée en raison du contexte sanitaire.

Logo théâtre des malins.jpg