Portail de l'hôtel de François Minard

Joyeuse (20 rue) - hôtel.JPG

ADRESSE : 20 rue Joyeuse

CLICHES : 1983 à gauche ; 2015 à droite

DATATION : 1492 ; 1657

COMMENTAIRE HISTORIQUE :

Hôtel construit en 1492, et acheté en 1657 par François Minard, maître des courriers du Berry, qui commande à Antoine Basseville le Jeune, maître maçon, l'agrandissement du bâtiment qui sert également de bureau pour la messagerie. L'hôtel présentait un plan symétrique axé, très homogène. Un escalier monte sur deux étages, avec des rampes ajourées en pierres et balustres découpées et profilées, avec une série d'arcades rampantes sur plan sensiblement carré, le tout à clair voie. Trois ailes bordent une cour fermée par un mur. Le corps central sur rue était flanqué de deux ailes qui rejoignaient le mur de l'édifice mitoyen, l'hôtel du Sauvage. L'aile droite sur cour, en retour d'équerre, a été détruite entre 1760 et 1765. Les façades présentent un décor géométrique influencé par le style Louis XIII. Certains procédés sont typiques, tels les larges tables sous les croisées aux allèges constituées par des balustres, le refend qui cerne l'enroulement des volutes, la simplification et l'épaississement des moulures constituées. La façade sur la rue Joyeuse est simple et comprend un seul étage sur rez-de-chaussée, comportant un portail encadré de deux fenêtres et, au premier étage au dessus du porche, une porte fenêtre à balcon avec deux ouvertures à gauche et une seule à droite. Une frise entre bandeaux sépare les étages et une archivolte au dessus des fenêtres hautes supporte une corniche très saillante sous un toit à une seule pente. Au centre, la lucarne à consoles et fronton mouluré forme, avec l'encadrement de la porte plein cintre, le seul décor de cette façade rythmée. A droite et à gauche, les murs pleins, en très léger retrait, sont réservés au service : entrée de cave avec oculus d'éclairage et petites ouvertures. Signalons le bandeau, qui formait appui des fenêtres, a été descendu à l'endroit des baies, et que l'imposte de la porte en menuiserie porte les initiales d'Antoinette Hébert, première femme de François Minard. Le musée du Berry conserve une plaque de cheminée en provenant, elle porte les armes de François Minard, datant de 1671. . Il reste quelques fragments de boiseries et de cheminées ; les transformations ayant été peu importantes. 

J.B. Gillet en est le propriétaire en 1737, puis J. Charpentier en 1760, puis L. Margot.

STATUT JURIDIQUE : propriété privée

PROTECTION : 2006/01/20, inscrit MH