Michel Desbruères : Gendarme et résistant

Michel Desbruères

Michel Émile Desbruères est né le 13 janvier 1908 à Pruniers (Loir-et-Cher). Il s'établit comme cultivateur à Chezal-Benoît (Cher). Il est appelé sous les drapeaux en mai 1928. Affecté au 156e RI, il participe à l'occupation de la Rhénanie jusqu'au 14 octobre 1929. Il est libéré le lendemain.

En 1930, il s'engage dans la garde républicaine mobile. Fin 1931, il intègre la gendarmerie. Pendant la campagne de France, il est affecté à la 9e DI. Lors de l'occupation, il est chauffeur suppléant de la voiture de liaison à la compagnie de gendarmerie du Cher. Le capitaine Muraton (arrêté par les Allemands le 16 juin 1944 et déporté à Neuengamme), adjoint du commandant de compagnie, témoigne de l'aide que lui a apporté Michel Émile Desbruères pour le passage en zone libre de courrier, de prisonniers évadés, d'aviateurs alliés ou de jeunes gens désirant s'engager en Afrique du Nord. Michel prévient également de nombreux jeunes, notamment de Bourges et de Fussy, de leur désignation pour l'Allemagne dans le cadre du STO. Il leur conseille de quitter leur domicile et facilite leur passage en zone libre ou leur entrée au maquis.

Michel Desbruères est titulaire de la médaille militaire, de la médaille de la Résistance, de la croix du Combattant volontaire de la Résistance, de la Croix du Combattant de l'Europe et de la médaille commémorative française de la Guerre 1939-1945.

Il prend sa retraite de la gendarmerie en 1947 et se retire à Saint-Doulchard où il travaille comme secrétaire de mairie, puis secrétaire général.

Les documents présentés sur cette page font partie d'un don de Monsieur Jack Desbruères (cote J 2907). Michel Desbruères est le père du donateur.