Conseil général du Cher Archives départementales et patrimoine du Cher

Accueil > Recherches > Histoire et archives > Les actes de Jean de Berry dans le fonds de la Sainte-Chapelle de Bourges > Désignation de neuf procureurs pour la donation des seigneuries de Vatan et Villeneuve, 1405.

Recherches

Désignation de neuf procureurs pour la donation des seigneuries de Vatan et Villeneuve, 1405.

8 G 2017 [TSC 305]

1405, 4 mai.- Mehun-sur-Yèvre

 

 Jean, fils de roi de France, duc de Berry et d’Auvergne, etc., désigne neuf procureurs pris parmi ses conseillers pour mettre en possession le trésorier, les chanoines et les vicaires de sa nouvelle chapelle en son palais de Bourges des deux châteaux et châtellenies de Buxeuil et Villeneuve, qu’il leur a donnés précédemment pour accroître leur dotation, car il ne peut le faire lui-même, étant trop occupé par ailleurs.

 Charte de Jean de Berry

Dossier préparé par Thomas Chevailler, sous la direction d'Olivier Guyotjeannin et Olivier Matteoni.

 

Doter la Sainte-Chapelle de Bourges

Cet acte, qui suit de quelques jours (19 avril) la cérémonie solennelle d’installation du chapitre de chanoines par le duc en personne, prend place dans une série de décisions ducales relatives au patrimoine de la nouvelle institution, dont la constitution s’accéléra au début du xve siècle. La mise en possession des propriétés transférées avait des conséquences juridiques auxquelles il fallait veiller. C’est pour assurer au mieux ce transfert qui ne devait souffrir aucune contestation que le duc de Berry fit appel à neuf procureurs pris parmi ses conseillers et ses procureurs au Parlement.

 

Un acte à la présentation soignée

En lui-même, l’acte présente d’étroites analogies avec les actes produits à la chancellerie royale. L’écriture est régulière et soignée, sans excès toutefois dans la recherche d’élégance : hormis l’initiale « J » de Jehan et le « A » qui ouvre l’adresse, les effets décoratifs sont peu présents. Il y a également peu d’abréviations, qui restent classiques dans leur développement : « n(ost)re », « ch(asc)un », « p(ro)pre », « p(rese)nt », « c(er)taine », « dotac(i)on »… En fin de ligne, les mots ne sont jamais coupés, au point que la recherche de la justification à droite oblige à plusieurs reprises le scribe à prolonger la ligne d’écriture par un léger trait horizontal (l. 4, 9, 16 et 17). Le sceau de cire rouge, scellé sur une double queue de parchemin parfaitement conservée, bien qu’en partie effacé, laisse apparaître la partie supérieure du duc en pied, et on voit dans la niche latérale gauche un heaume cimé d’une fleur de lis double qui correspond à la partie supérieure d’un ours agenouillé au pied du duc. Il s’agit du troisième grand sceau du duc (M.-A. Nielen, Corpus des sceaux…, t. III, p. 235).

 

Transcription paléographique

Edition

Parties du discours

Mentions dorsales

                                  


Espace personnel
Archives départementales et patrimoine du Cher - Plan du site - Contact - Crédits