Conseil général du Cher Archives départementales et patrimoine du Cher

Accueil > Espace culturel et pédagogique > Expositions virtuelles > Seconde Guerre mondiale > L'épuration légale à la Libération > Collaboration horizontale, sentimentale et économique

Espace culturel et pédagogique

Collaboration horizontale, sentimentale et économique

Femme tondue rue Moyenne, à Bourges (26 Fi 13/10)
  • Collaboration horizontale et sentimentale

Glücklich wie Gott in Frankreich (heureux comme Dieu en France) est une ancienne expression yiddish reprise par les Allemands. Pour ces derniers, l'Occupation en France est en effet, surtout dans les premiers temps, vécue comme un séjour plaisant dans un pays de cocagne. Et même après les premiers attentats perpétrés par la Résistance, il fait toujours meilleur vivre en France que sur le front soviétique.

Si la France est un pays où il fait bon vivre, c'est non seulement à cause de ses paysages et de sa gastronomie, mais aussi en raison du charme de ses habitantes. Le soldat allemand se fait l'image d'une France immorale, débauchée, licencieuse. Ainsi vont naître de nombreuses relations entre occupants et occupées.

Les relations sont strictement professionnelles avec les prostituées. C'est le cas le plus simple, qui relève d'un "business" habituel et réglementé. Il ne faut pas oublier qu'à cette époque, les maisons de tolérance ont encore pignon sur rue. Dans la plupart des cas, les professionnelles ont droit à plus d'indulgence et ne sont pas inquiétées à la Libération.

Pour certaines femmes, il s'agit juste de s'amuser et/ou de profiter d'une relation privilégiée afin de bénéficier des largesses d'occupants riches de leurs marks surévalués.

Mais la relation peut aussi être sentimentale. D'authentiques histoires d'amour voient ainsi le jour.

Malgré le fait qu'aucun texte juridique relatif à la répression de la collaboration ne mentionne clairement les relations sexuelles comme constitutives d'un fait de collaboration, ces femmes sont traduites devant la justice à la Libération. Elles sont donc jugées pour d'autres motifs, leurs relations intimes n'apparaissant qu'en toile de fond. Tout comme pour d'autres catégories de collaborateurs, les affaires classées sans suites, les non-lieux et les acquittements sont nombreux. Cependant, ces femmes constituent des victimes de choix pour la vindicte populaire et des hommes qui affirment par la tonte des "poules à boches" une virilité retrouvée après la défaite et l'Occupation. Ils reprennent ainsi symboliquement le contrôle sur le corps de la femme.

  • Collaboration économique

Cette forme de collaboration est assez peu représentée dans les dossiers judiciaires de la Libération.

Les accusés sont jugés pour avoir fait, "directement ou par intermédiaire, des actes de commerce avec les sujets ou les agents d'une puissance ennemie, en l'espèce l'Allemagne". Cette qualification des faits n'est parfois pas la seule, et l'accusé est aussi parfois condamné pour d'autres motifs, comme par exemple pour intelligence avec l'ennemi. La sentence est alors plus sévère. A l'inverse, des circonstances atténuantes, comme la collaboration...avec la Résistance, peuvent jouer en sa faveur. Outre des peines de prison et la dégradation nationale, le tribunal peut prononcer la confiscation des biens du condamné, en tout ou partie.

Une foule joyeuse pour un évènement sordide (26 Fi 13/11) La victime est ensuite exhibée (J 2817) Femmes tondues à Aubigny-sur-Nère (J 2900)

Espace personnel
Archives départementales et patrimoine du Cher - Plan du site - Contact - Crédits