Conseil général du Cher Archives départementales et patrimoine du Cher

Accueil > Recherches > Instruments de recherche > Archives d'origine privée > Série J : Archives d'origine privée > 11 J Comité Berrichon du Souvenir et de la Reconnaissance (CBSR, 2e Guerre mondiale)

Recherches

11 J Comité Berrichon du Souvenir et de la Reconnaissance (CBSR, 2e Guerre mondiale)

Le CBSR

Ce comité, qui a d'abord fonctionné clandestinement sous l'Occupation, s'est ensuite constitué en association le 23 septembre 1944. Il avait pour but "la recherche, le regroupement et l'entretien des tombes des victimes civiles et militaires françaises et alliées tombées au champ d'honneur ou sous les balles allemandes dans toutes les communes du Berry". En fait, malgré ce qui est indiqué dans ses statuts, l’activité du comité s’est exercée principalement sur le département du Cher. Mais épisodiquement, ces limites géographiques ont été franchies, puisque des recherches ont concerné d'autres départements, limitrophes ou non.

Pendant la guerre, le CBSR recherche tous les points de chute des avions alliés et les tombes des aviateurs. Il s’occupe de l’entretien de ces tombes, et de l’identification des victimes. Après guerre, dans la continuation de cette action, le CBSR est en liaison avec les services compétents de la RAF et de l’US Air Force. Si les Britanniques ont pour coutume de laisser leurs morts dans les cimetières locaux, les Américains préfèrent quant à eux regrouper les corps dans des cimetières spécifiques gérés par leurs soins. Le CBSR finira aussi par prendre en charge les recherches et l'entretien des tombes des soldats allemands.

Par ailleurs, le CBSR prend en charge l’accueil des familles des victimes et l’organisation de cérémonies du souvenir. A partir de 1946, le CBSR représente pour le Cher l’association "Le comité français de bienvenue".

 Il s'agit aussi pour le comité de retrouver les corps de nombreux fusillés et des disparus, tombés entre les mains de la Gestapo et dont on est sans nouvelle depuis. C'est dans ce cadre que le comité a réussi, grâce à l'aide précieuse de M. Krameisen, à retrouver les cadavres des 36 victimes des puits de Guerry. Une plaquette sera d'ailleurs imprimée pour relater l'histoire de cette tragédie. C'est aussi grâce à l'action du comité que 13 corps de fusillés sont retrouvés dans le Polygone. Ces deux exemples ne représentent bien entendu qu'une partie des nombreuses recherches menées avec succès par le comité.

 Une autre tâche importante menée par le CBSR est de recenser les crimes commis par l'occupant. Le comité sollicite pour cela les maires des communes afin que ceux-ci lui fassent parvenir un récit des crimes, atrocités, destructions et pillages effectués par les troupes allemandes. Et le comité complète son action en recueillant des témoignages de personnes arrêtées, torturées, déportées.

 Enfin, le comité s'est attaché à constituer une documentation sur les évènements de toute nature survenus dans le Cher pendant la Seconde Guerre mondiale.

 Si le comité n'a pas obtenu la reconnaissance d'utilité publique, il a par contre été accrédité près du ministère des anciens combattants et victimes de guerre pour l'entretien du carré militaire du cimetière Saint-Lazare à Bourges. Mais la reconnaissance des familles ayant retrouvé la dépouille d'un être cher a sans doute été pour les membres du CBSR la plus grande des récompenses.

Intérêts et limites du fonds

Les crimes de l'occupant et des Français à sa botte apparaissent dans toute leur horreur à travers les témoignages recueillis et les recherches effectuées. Certaines photographies de corps de Résistants mutilés, d'exhumation de cadavres, et les récits des tortures infligées aux prisonniers sont autant de témoignages bouleversants qui doivent contribuer au devoir de mémoire.

Ce fonds constitue aussi un apport intéressant sur des évènements de toute nature qui se sont déroulés dans le département pendant la Seconde Guerre mondiale. On peut ainsi retrouver trace des avions qui sont tombés sur le sol du Cher. Et connaître le destin, le plus souvent funeste, de leurs équipages.

 Toutefois, il représente une vision forcément partielle. Il doit donc être exploité en complément d'autres sources (fonds de la préfecture, sous-préfecture et du comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale en particulier).

 Didier Arnold

11 J (105 ko)


Espace personnel
Archives départementales et patrimoine du Cher - Plan du site - Contact - Crédits