Conseil général du Cher Archives départementales et patrimoine du Cher

Accueil > Espace pédagogique > Dossiers pédagogiques > L'espoir et le Feu, l'année 1944 dans le Cher > La hantise des bombardements

Espace pédagogique

La hantise des bombardements

FRAD018_0001W0074_0001

Tract anti-allié, 10 juin 1944, 1 W 74

 

Ce tract vichyste en forme de bombe a pour objectif de dresser l’opinion publique du département contre les Alliés. Après le 6 juin 1944, la guerre s’impose de façon spectaculaire dans la vie quotidienne des Français, essentiellement par le biais des multiples bombardements que les Anglo-américains effectuent pour faciliter la victoire de leurs troupes.

 

Pour mieux freiner l’envoi des troupes allemandes en Normandie, l’aviation alliée cherche à détruire les voies de communications du Cher, en particulier les nœuds ferroviaires qui sont des points de passage indispensables pour les armées d’occupation. La gare et la ville de Vierzon sont bombardées onze fois entre juin et août 1944 : celui du 1er juillet est le plus terrible de tous. Il provoque cinquante-quatre morts, une centaine de blessés et la destruction de deux cents cinquante maisons. La hantise des bombes est désormais inséparable du quotidien: les Berrichons reprochent souvent aux Alliés leurs bombardements inutiles et imprécis, parfois qualifiés « d’aveugles », qui multiplient les destructions et les victimes innocentes.

 

Dans un tel contexte, il est facile pour la propagande vichyste de démontrer que les bombes incendiaires lancées par l’aviation anglo-américaine sur les grandes villes du département sont particulièrement meurtrières. Utilisant l’ironie et le tutoiement, les auteurs de ce document à la forme évocatrice, prétendent avertir amicalement la population des conséquences des bombardements alliés et multiplient sciemment les commentaires horribles. Par exemple, les Berrichons doivent s’attendre à ce que beaucoup de leurs enfants soient « déchiquetés d’un seul coup ou brûlés vivants ».

 

Très habilement, ils veulent faire croire que la « cruauté » des bombardements alliés est la preuve que ceux-ci n’ont pas l’intention de délivrer la France et qu’ils n’ont débarqué sur le territoire national que pour mieux le conquérir. Les Français ont donc été trompés par les anglo-américains et il n’est jamais trop tard pour rejoindre le camp « de ceux qui ne comptent pas sur l’étranger pour recréer une France forte », c’est-à-dire le camp de la Collaboration…

FRAD018_0001W0074_0002

Espace personnel
Archives départementales et patrimoine du Cher - Plan du site - Contact - Crédits