Bonne année 2020 ! Joyeuses Pâques ?

20191230141324_00001.jpg

Toute l'équipe des Archives départementales du Cher vous souhaite une excellente année 2020, pleine de plaisirs et de découvertes ! Mais saviez-vous que l'année n'a pas toujours commencé le 1er janvier ?

Noël, l'Annonciation, nos ancêtres n'ont pas manqué d'idées. Depuis le XIIe ou le XIIIe siècle, l’usage dans le royaume de France, et donc en Berry, était plutôt de commencer l’année à Pâques. Le basculement de Pâques au 1er janvier s’opéra sous le règne de Charles IX, à la suite de l’édit de Paris de janvier 1564, confirmé par la déclaration de Roussillon du 9 août 1564.

 

Avant la mise en application de ces textes, le millésime porté sur les documents originaux est à considérer avec attention : il faut couramment ajouter un an aux dates situées entre le 1er janvier et Pâques. Dans certains de leurs travaux, les historiens lèvent cette ambiguïté en faisant suivre la date de l’abréviation (a. st.) (pour « ancien style ») ou de l’abréviation (n. st.) (pour « nouveau style » ou style de la Circoncision, le 1er janvier étant marqué par la fête de la Circoncision jusqu’à une réforme liturgique de 1974).

 

Pâques étant une fête mobile, située entre le 22 mars et le 25 avril, les années décomptées en « style de Pâques » étaient inégales. Par exemple, l’année 1539 débuta le 6 avril 1539 et s’acheva le 27 mars 1540 : il n’y eut jamais de 1er avril en 1539 ! A l’inverse, l’année 1551 commença le 29 mars 1551 et finit le 16 avril 1552 : il y eut plusieurs jours « en double », dont le 1er avril ! Un casse-tête pour les historiens réduits à chercher des éléments de contexte pour démêler ces subtilités calendaires !

 

La réforme introduite par Charles IX, imitée de ce qui s’était fait dans l’Empire, fut donc salutaire. Il est possible d’en retrouver l’écho dans le minutier du notaire berruyer Pierre Divoy, qui est passé au nouveau style le 1er janvier 1566 et a trouvé l’événement suffisamment important pour en faire mention dans ses livres ! Arriverez-vous à déchiffrer ces quelques lignes ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'explication du notaire n'est pas très claire...

 

Pour en savoir plus :

Une bibliographie sur le site de l’école nationale des chartes

Le classique Manuel de diplomatique d’Arthur Giry

Un article d’Olivier Guyotjeannin et Benoît-Michel Tock sur les styles de changement de millésime dans les actes français

Un guide pratique sur le temps et sa mesure par les Archives départementales d’Indre-et-Loire

Le catalogue de l’exposition Histoire du temps, images du calendrier (Archives départementales du Cher, 2000)

AD Cher, E 2370, minutes du notaire Pierre Divoy, page de garde AD Cher, E 2370, minutes du notaire Pierre Divoy, folio 214