Transcription paléographique

Donation de deux tableaux d'or de 1415 - transcription paléographique
  • Transcription paléographique

Nous Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boulougne (et) d’Auvergne, congnoissons (et) confessons avoir eu (et) receu de noz ch(ie)rs et b(ie)n amez les tresorier et chapictre de n(ost)re chapelle de n(ost)re palais de Bourges par la main de n(ost)re amé (et) feal conseill(ie)r maistre Arnoul Belin, tresorier d’icelle deux tableaux d’or garniz de p(er)rerie desquelz la declarac(i)on s’ensuit. Premierement ung grant tableau d’or ancien fait en mani(er)e de treillis d’un pié et demi de hault et d’un pié de large ou environ, ouquel par devant est n(ost)re S(eigneu)r en la croix et aux coustez n(ost)re Dame et saint Jehan faiz en mani(er)e de haulte taille et est garni ledit tableau de trante (et) trois balaiz que gros que petis, trante (et) ung saphirs dont il en y a trois plus gros que les autres et de soixante dix sept perles que grosses que petites, et siet icellui tableau sur trois piez de mesures en mani(er)e de deux arcs voultis ; lequel tableau ainsi garni co(m)me dit est nous achaptasmes avecques un autre de Cendre Billot aux estraines le premier jour de janvier l’an mil CCCC (et) huit. Item un autre grant tableau d’or de haulte taille d’ancienne façon, ouquel par devant est la resurrecc(i)on n(ost)re S(eigneu)r et plusieurs ymages entour garni de celle part de dix huit balaiz de plusieurs façons, vint six saphirs, six emeraudes, onze petis camahieux (et) sept vins deux perles que grosses que moiennes que petites de petite valeur, et siet sur un pié d’or en façon d’un chastel a quatre tournelles dont la porte est d’une p(er)re noire entaillee du baptisement n(ost)re S(eigneu)r, et aux coustez a quatre grans camahieux et ou darri(er)e dudit tableau a tout au dessus une p(er)re de Cassidoine creuse escripte entour, et en descendant a une aut(re) p(er)re noire en façon d’une porte entaillee d’un ymage de Dieu qui tyre les ames d’enfer et se apparoist a la Magdl(en)e et y a escript : « Quem queris D(omi)n(u)m meum », et en descendant plus bas a un ymage de saint Mathieu, un aut(re) ymage appellé Egippus, roy d’Ethiopie et un autre appellé Beor, et ou darri(er)e du pié a une croix garnie de menue p(er)rerie de voirre, lequel tableau ainsi garni co(m)me dit est madame la royne de France nous donna a Melun ou mois de juing l’an mil CCCC (et) ung. Lesquelz deux tableaux d’or dessus diz par nous ainsi euz (et) receuz de n(ost)red(i)c(t)e chapelle par la main de n(ost)redit conseill(ie)r co(m)me dit est nous donnasmes le jour du Saint Sacrement derren(ier) passé a n(ost)re tres ch(ie)r et tres amé neveu monseign(eu)r le duc de Guienne. Et d’iceulx tableaux nous tenons pour contens et voulons p(ar) ces p(rese)ntes que icelux tresorier (et) chapictre de n(ost)red(i)c(t)e chapelle et tous aut(re)s a qui il pourroit compecter (et) app(ar)tenir en soient et demeurent quictes et deschargiez par tout ou il appartendra sans aucu(n) contredit ou difficulté, et sanz ce que jamais on leur en puisse aucune chose demander. Donné a Paris, en n(ost)re hostel de Neelle, le Vme jour de juing, l’an de grace mil CCCC (et) quinze.

Par mons(eigneur) le duc.

J. Vignaut.