Edition

Donation d'un cens de 40 sols de 1414 - édition
  • Edition

1414, juin. — Paris.

 

Jean, fils de roi de France, duc de Berry et d’Auvergne, etc., augmente la dotation de la Sainte-Chapelle de Bourges en abandonnant à son trésorier et à son chapitre le cens de 40 s. p. que le duc percevait chaque année sur une maison de Bourges, sise à la Porte Tornoise, jadis propriété de feu Perrin Sadon, et dont ils avaient fait l’acquisition.

 

Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poictou, d’Estampes, de Boulongne et d’Auvergne. Savoir faisons a tous presens et a venir que nous, desirans a nostre povoir l’augmentacion de la dotacion de nostre Saincte Chapelle de Bourges par nous au plaisir de Dieu nagueres fondee, et afin que le service divin y soit mieulx et plus honnorablement fait et celebré, avons donné, cedé et transporté, donnons, cedons et transportons, de nostre certaine science et ferme propos, perpetuelment et a tousjours, a noz chiers et bien amez les tresorier et chapittre de nostredicte chapelle, quarante sols parisis de cens que nous avions et prenions chascun an sur la maison qui fut Perrin Sadon1, assise a la Porte tornoise2, et laquelle lesdiz tresorier et chapittre ont naguaires acquise ; et d’iceulx quarante sols parisis de cens nous dessaisissons et devestissons, et en saisissons et vestissons par la tradicion de ces presentes lettres lesdiz tresorier et chapitre, et voulons qu’ilz en joÿssent doresenavant perpetuelment et a tousjours sanz aucun contredit ou empeschement, comme de leur propre chose. Si donnons en mandement a noz amez et feaulx gens de noz comptes a Bourges que desdiz quarante sols parisis de cens chascun an ilz mettent ou facent mettre, reaulment et de fait, lesdiz tresorier et chapitre, ou leur procureur pour eulx, en bonne possession et saisine reelle et corporelle, et d’icelle les facent joïr et user plainement, paisiblement, perpetuelment et a tousjours, sanz les empeschier ne souffrir estre empeschiez aucunement au contraire. Mandons aussi a nostre receveur de nostre demaine de nostredit païs de Berry, present et a venir, que d’iceulx quarante sols parisis de cens chascun an doresenavant il ne face recepte ne mise en ses comptes. Et afin que ce soit ferme chose et estable a tousjours, nous avons fait mettre nostre seel a ces presentes lettres. Donné a Paris, ou mois de juing, l’an de grace mil quatre cens et quatorze.

(Sur le repli, à gauche :) Par monseigneur le duc.

(Signé :) J. Flamel3.

 

1. Perrin Sadon est sans doute parent du clerc Jocelin Sadon (Archives Départementales du Cher, 8 G1173 [TSC 198]).

2.La Porte de Tours, porte ouest du rempart gallo-romain de Bourges.

3.  Jean Flamel est recensé comme secrétaire par Lacour de 1413 à 1416, mais aussi comme copiste de livres (en dernier lieu, François Avril, dans les Mélanges Pascale Bourgain, à paraître). Il n’avait aucun lien de parenté avec l’écrivain public Nicolas Flamel, dont la légende s’est emparé.