Transcription paléographique

Donation de 1411 - transcription paélographique
  • Transcription paléographique

Jehan, fils de roi de France, duc de Berry (et) d’Auvergne, conte de Poitou, d’Estampes, de Bouloingne (et) d’Auvergne, lieutenant de monseigneur le roy en nozdiz païs de Berry, Poitou (et) Auvergne, et es païs de Languedoc(et) duchié de Guienne. Savoir faisons a tous presens (et) a venir, que pour l’augmentation (et) acroissement de la fondation de n(ost)re chappelle de n(ost)re palais de Bourges, a laquele nous avons singuliere devotion, et afin que le service y soit tousjours de mieulz en mieulz fait (et) continué, nous, de n(ost)re certaine science (et) grace especial, avons donné, cedé, transporté, assigné et delaissié, et par la teneur de ces presentes donnons, cedons, transportons, assignons (et) delaissons purement (et) absoluement des maintenant, perpetuelment (et) a tousjours mais a n(ost)redicte chappelle et aux tresorier et chapitre d’icelle, pour eulz (et) leurs successeurs, par donnation pure (et) inrevocable faicte entre vifs, quatorze livres parisis que nous avons accoustumé de prenre et prenons chascun an de rente, a cause de n(ost)re terre et chastellenie de Giem sur Loire1, sur une piece de pré appellé le pré de Breau, assis en n(ost)redicte terre (et) chastellenie, appartenant a n(ost)redicte chappelle et auxdiz tresorier et chapitre d’icelle a cause de leur hostel, terre (et) appartenances de Nevoy ; et d’icelles nous nous sommes dessaisiz (et) dessaisissons, et en avons saisi et revestu, saisissons (et) revestons par ces p(rese)ntes pour n(ost)redicte chappelle lesdiz tresorier (et) chappitre d’icelle, et voulons qu’ilz en puissent prenre la vraie possession (et) saisine reelle (et) corporelle de leur auctorité sans en avoir de ce aucune autre puissance ou licence ; et avecques ce de l’auctorité de mondit s(eigneu)r (et) de la n(ost)re, nous, icelles quatorze livres parisis de rente leur avons admorties (et) par la teneur de ces p(resen)tes admortissons, et voulons qu’ilz les puissent avoir tenir, possider (et) exploittier a tousjours mais comme chose admortie (et) dediee a Dieu et d’en faire comme de leur propre chose sans ce qu’ilz soient tenus ne contrains de les vendre, aliener, transporter ne mectre hors de leurs mains ne d’en paier doresenavant a mondit seigneur, a nous ne a noz successeurs aucun droit, rachat, finance ou idempnité par quelque maniere que ce soit, lequel droit, rachat, finance ou idempnité  nous leur avons donné, quittié (et) remis, donnons, quittons (et) remectons par la teneur ces presentes. Si do(n)nons en mandement par ces mesmes lettres a noz amez (et) feaulz gens de noz comptes, a n(ost)re baillif dudit lieu de Giem, procureur (et) receveur, et tous noz autres justiciers (et) officiers p(rese)ns et a venir (et) a leurs lieuxtenans (et) a chascun d’eulz si comme a lui appartendra que de n(ost)re p(rese)nt don, transport, octroy (et) admortisacion facent, sueffrent (et) laissent joïr (et) user pleinement (et) paisiblement lesdiz tresorier (et) chapitre (et) leurs successe(ur)s en n(ost)redicte chappelle sans leur faire ne souffrir estre fait ores ne pour le temps a venir aucun empeschement ou destourbier en aucune mani(er)e, au contraire, lesquels se aucuns y estoient pour ce mis, nous ostons (et) par la teneur de ces p(rese)ntes mettons a pleine delivrance. Mandons en oultre par ces mesmes p(rese)ntes aux gens de nozdiz comptes qu’ilz ostent de leurs livres (et) registres lesdictes quatorze livre parisis de rente, et que doresenavant  ilz n’en sueffrent faire a n(ost)re receveur dudit lieu de Giem aucune recepte. Car ainsi nous plaist il estre fait, non obstant que nous aions ordonné non donner ou aliener aucune chose de n(ost)re demaine et ordonnances, mandemens, defenses et autres choses quelconques a ce contraires. Et afin que ce soit ferme chose (et) estable a tousjours mais, nous avons fait mettre n(ost)re scel a ces p(rese)ntes. DonnÉ en n(ost)re ville de Bourges, ou mois de may, l’an de grace mil quatorze (et) onze.

Par monseign(eur) le duc (et) lieut(enant).

Erart.

Visa.

Reg(istra)ta in cam(er)a comp(otorum) d(omi)ni ducis Bituricen(sis) in libro carta(rum) folio octuag(esi)mo IIdo et ibidem expedita ex ordinac(i)o(n)e et speciali precepto dicti d(omi)ni orethenus facto ac de consensu et deliberac(i)o(n)e rev(er)endi in C(hrist)o p(at)ris d(omi)ni Bicturicen(sis) archie(pisco)pi, cancellarii4 dicti d(omi)ni et in eadem cam(er)a presidentis et alior(um) d(omi)nor(um) ibi, Vta die maii, anno D(omi)ni M° CCCC° undecimo.

De Nesson.