Conseil général du Cher Archives départementales et patrimoine du Cher

Accueil > Recherches > Histoire et archives > La Seconde Guerre mondiale > La propagande antisémite en France sous l'Occupation 1940-1944

Recherches

La propagande antisémite en France sous l'Occupation 1940-1944

Le Juif Süss

La défaite de mai-juin 1940 voit la France coupée en deux par une ligne de démarcation. Au nord de cette ligne, la zone occupée par les troupes allemandes, au sud un régime autoritaire, l'État Français dit aussi gouvernement de Vichy en référence au lieu où il naît et s'installe. Ce gouvernement entame la collaboration avec l'Allemagne nazie et très vite, dès le mois de juillet, prend des mesures d'exclusion à l'égard des Juifs. Le Juif est l'objet d'une politique de persécution spécifique.

Le Juif est en effet l'un des ennemis désignés de la Révolution nationale prônée par Vichy, au côté des étrangers, des communistes, des francs-maçons, des gaullistes et des Alliés. La diatribe antisémite est donc souvent présente dans la dénonciation des autres ennemis de l'État Français. Le Juif, grand financier, manipule de Gaulle ou Roosevelt. Il peut aussi être un féroce bolchevique.

La propagande antisémite, domaine réservé pendant l'entre-deux guerres aux ligues d'extrême droite de toutes tendances, devient donc partie constitutive de la politique gouvernementale. Aux actions de propagande de l'État Français, se rajoutent celles menées par l'occupant ainsi que par les partis et groupuscules collaborationnistes.

Le Juif est aussi lié au marché noir, au vol de cartes de ravitaillement. Il cherche à assurer sa mainmise sur l'économie. Il est l'une des causes de la défaite, de l'immoralité, de "cet esprit de jouissance qui l'a emporté sur l'esprit de sacrifice" comme le dit le maréchal dans l'un de ses discours. Circonstance aggravante : il est parfois étranger.  

La propagande antisémite utilise tous les supports de communication disponibles à l'époque : affiches, tracts, journaux, magazines, brochures, livres, émissions radiophoniques, conférences, expositions et films. Ainsi, Le Juif Süss, film allemand tourné en 1940, est présenté en France en 1941.

Certains textes se veulent un exposé rigoureux, où la haine se dissimule derrière le langage d'une raison pseudo-scientifique liée à des critères raciaux. D'autres sont sans détours et accusent le Juif de tous les maux, avec des propos très violents. Dans tout les cas, l'objectif est clair, il faut se débarrasser des Juifs.

Le Juif est représenté avec des détails morphologiques qui se veulent caractéristiques. Il faut enseigner au public comment on reconnaît un Juif.

                                                                                  Didier Arnold

Tract "Cet argent est bien juif ! Ce dollar a payé la guerre juive" (cote 131 J 14)

Espace personnel
Archives départementales et patrimoine du Cher - Plan du site - Contact - Crédits